Prime à la casse: une aberration économique?

Rappel: Suite à un début de crise économique courant 2008, plusieurs gouvernements européens décident d’instaurer une « prime à la casse  » pour aider le secteur automobile. L’acheteur de voiture neuve reçoit une subvention de l’état d’un montant de 1000€ (ramené à 500€ par la suite) si il fait reprendre son véhicule de plus de 10 ans en vue de sa destruction.

Traduisons: Tous les citoyens français, par l’intermédiaire des impôts et des taxes qu’ils apportent à l’état, contribuent à ce qu’un acheteur d’automobile neuve touche 1000€ (un cadeau de 1000€) si il décide d’acheter un véhicule neuf et de faire partir à la casse son ancien véhicule.
(certes l’état encaisse en retour une TVA sur la vente de voiture neuve, mais en raison , des effets pervers que je donne ci-dessous, il me semble que ce gain est anéanti: il s’agit donc bien d’une perte nette de 1000€ par prime)

Un parfum d’aberration…


Les constructeurs automobiles sont en crise, crient « à l’aide ». Soit. Ils obtiennent une aide de l’état, c’est à dire de nous tous. Mais, contre toute attente, ils ont tous fortement majoré cette prime (en octroyant eux même un supplément , allant jusqu’à multiplié par 2 , 3 , 4 ou 5 la prime de l’état sur leurs propres deniers). Avaient-ils donc réellement besoin d’aide? Je veux dire par là, qu’ils auraient très bien pu faire cette prime tout seul…En boostant la prime, ils ont démontré que non seulement ils ont les capacités de le faire, mais également qu’ils peuvent s’accommoder d’un prix de vente plus faible de leurs voitures. Que veut dire le prix « catalogue » dans ce cas? N’abuse t-on pas d’une technique de vente proche de celle dite « avec prime », celle qui est là pour faire perdre la tête au consommateur, tout ébahi qu’il est par ces mirobolantes promotions?
Est-il normal, décent, d’afficher en pleine période de crise un niveau de vente jamais connu depuis 1990? Cela ne veut-il pas dire qu’on en a trop fait? L’objectif état d’éviter la catastrophe pour les constructeurs (et tous les emplois liés), mais on a finalement pulvérisé cet objectif…Résultats records..en pleine crise…

Sept effets pervers:

1.Effet boomerang:
Tous les constructeurs automobile le reconnaissent: le surplus de vente fait avec prime représente les ventes qui ne se feront pas demain…

2.Effet attrape « gogo »:
En offrant une somme d’argent pour quelque chose qui est censé ne plus rien valoir (ou en lui donnant un prix supérieur à la valeur réelle) , on attire le « gogo » (c’est le but): dit avec plus de respect, on pousse à l’achat quelqu’un qui n’aurait pas forcément acheté sans cela. Même si la loi est , je n’en doute pas, de leur côté, ces pratiques, dans leur esprit, me semble un peu anti-concurrentielles (elles sont, de plus, de nature à troubler la bonne réflexion du consommateur).

3.Effet anti-secteur..automobile
A t-on pensé aux réparateurs, aux vendeurs de pièces détachées, de voitures d’occasion, qui eux aussi représentent de nombreux emplois? Les milliers de véhicules que la prime à la casse a forcés à disparaitre (prématurément) manquent désormais à l’appel pour cette catégorie de travailleurs.

4.Effet anti « autres secteurs »:
On subventionne un secteur (aussi important soit-il) au détriment des autres.
Une personne qui achète une voiture s’endette souvent pour plusieurs années: son budget diminue pour tous ses autres achats présents et futurs, dans d’autres secteurs (habillement, électroménager, etc..). Eux aussi étaient potentiellement touchés par la crise: pourquoi n’ont-ils pas bénéficié aussi d’une aide?

5.Effet contre.. tout le monde
La prime à la casse est financé par les impôts, et la France est en grave déficit…tous les citoyens vont payer cette prime. Tant qu’à dépenser les finances publiques que l’on a pas, peut-être aurait-on pu subventionner d’autres choses avec le montant de cette prime, qui n’auraient pas eu ces effets contre-productifs…(aide à l’emploi, infrastructure, prime pour relancer la consommation, etc..)

6.Double effet inégalitaire:
On aide les gens qui peuvent s’acheter une voiture neuve, et pas les autres , qui ont besoin d’une voiture, mais n’ont pas les moyens suffisants.
De plus, on met prématurément à la casse des voitures qui pourraient les intéresser sur le marché de l’occasion (je précise qu’avec le gonflement de la prime par les constructeurs, de très bonnes voitures sont parties à la casse , car leurs propriétaires pouvaient en obtenir jusqu’à 3000€ ou plus). Résultat: ils sont privés de subvention (réservés aux acheteurs de « neuf ») ET de produit.

7.Effet anti-écologie
Certes la prime à la casse a permis de vendre des véhicules moins polluants que ceux qui sont partis à la casse, mais on ne peut nier que forcer la destruction d’un objet non obsolète pour le remplacer par un autre pose un problème écologique. Quel est l’impact écologique de la fabrication complète d’une voiture, son transport, son stockage, sa vente?

(Photos d’illustration: Certains droits réservés par: 1suisse (sur le site Flickr.com)

Publicités

Une réflexion sur “Prime à la casse: une aberration économique?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s